Restauration

♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣

pétrin avantpétrin  St

Pétrin

St André les Alpes

♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣

L’arbre, qui a servi à confectionner le meuble le plus ancien de cette section, donnait des noix à l’époque où le « bon roi rené » régnait sur le comté de Provence (1434-1480). Il a été mis en œuvre durant les « guerres de religion » ou au tout début du siècle suivant.

♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣

Celui-ci, le XVIIème siècle, fût une période faste pour le mobilier religieux. Dans la page consacrée au mobilier classé vous pourrez consulter quelques ensembles de cette époque sur lesquels je suis intervenu.

♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣

La durée n’était pas un privilège réservé au seul mobilier  d’apparat. Jusqu’au milieu du XIXème, c’était aussi le cas des divers meubles d’intérieurs, armoire, bahut, pétrin, grenier et panetière. De la chaise au fauteuil, de la table au placard, tous devaient  se transmettre de génération en génération… comme , bien entendu,  le meuble à secret

.♦♣♦♣♦♣♦♣♦♣

Pièce maitresse des huisseries , la porte d’entrée devait garantir la sécurité de tout ces biens. Transition entre l’espace public et la sphère privée, elle permettait, par sa longévité comme par la qualité de son ordonnance, d’afficher le statut social des occupants des lieux.